vendredi 28 avril 2017

AU POTAGER

J'ai un petit potager, destiné non pas à produire des quantités de légumes qu'il faudra stériliser ou congeler, mais à nous faire goûter de bons produits totalement naturels.
On y trouve au fil des saisons et des années des variétés diverses et changeantes, accompagnées quand même de quelques classiques dont on ne saurait se passer.
Les carottes jaunes y côtoient les artichauts, les radis noirs se faufilent entre les betteraves rouges, les salades font de la place aux poireaux, tout ce petit monde cohabite un peu au petit bonheur la chance, car je ne fais (j'entends les cris des super-organisés) aucun plan de jardin, aucune - ou presque - rotation de culture. En effet, difficile d'organiser la rotation lorsque les plants sont mélangés dans une même planche, un même sillon.
Alors, qu'y a-t-il en ce moment à voir au potager?
J'ai fait un semis de poireaux "Gros jaune du Poitou", car j'en avais fait l'an dernier et nous nous sommes beaucoup régalés avec. Je les trouve plus tendres et moins filandreux que par exemple les "Bleus de Solaise" et nous avons mangé les derniers cette semaine.
Lorsqu'ils auront la grosseur d'un crayon, ils seront mis en place définitivement.
D'un tout autre gabarit sont les rhubarbes!
Elles déploient leurs gigantesques feuilles pour le plus grand plaisir des amateurs de compote et de tartes que nous sommes.
J'ai déjà fait deux cueillettes très abondantes, à tel point que des barquettes de compote ont dû partir au congélateur.
J'adore l'odeur acidulée qu'elles dégagent dès la cueillette.
Et les pommes de terre? Je sais que certains attendent de leurs nouvelles avec curiosité, voire impatience.
J'ai planté deux variétés: Alienor, qui a germé plus rapidement, et Dolwen, qui est en train de rattraper le temps perdu. Elles ont toutes deux déjà bénéficié d'un buttage.
Outre la plantation en lignes, j'ai expérimenté celle en silo, ou "tour à pommes de terre".
Dans un espace entouré de grillage à poules et retenu par des tuteurs en bambou (merci à mon beau-frère qui est mon pourvoyeur), j'ai planté des tubercules. Dès qu'ils atteignent une vingtaine de centimètres de haut, au lieu de les butter je rajoute de la matière sur leur tête: feuilles mortes, vieux compost... Et elles grandissent là-dedans. Lorsqu'elles ont pris vingt nouveaux centimètres, je renouvelle l'opération, et ainsi de suite. Cette méthode est censée être plus productive sur une plus petite surface, les tubercules se développant tout au long des tiges. Réponse au moment de la récolte...
En attendant, je m'émerveille de voir les pousses poursuivre leur ascension et réclamer sans cesse l'apport de nouveau substrat.
Les salades à couper "radichetta", appelées aussi cressonnette du Maroc, ont belle allure...
Ne vous étonnez pas de voir les planches  de culture jonchées de tiges desséchées de fenouil. Elles ont pour but d'éloigner les chats et les empêcher de gratter. Ça marche plutôt bien.
Une fois encore, je ne vois rien venir dans la planche d'épinards. C'est décidé: à moins que quelqu'un m'explique comment on ne les rate pas, je renonce à faire des épinards. 
La véranda a pris des airs de jardinerie aux dires de Patrick. Les semis de tomates, piments, et courgettes y côtoient les potimarrons , les potirons "Bleu de Hongrie", ou "Vert de Hokkaïdo", les courges "Sucrine du Berry" ou "Butternut". 


10 avril
24 avril

10 avril
24 avril
Oui, nous sommes de grands amateurs de courges et nous assumons totalement. Rien que de penser aux délicieuses soupes, aux gratins parfumés, j'aurais presque hâte d'être déjà en automne!
Les carottes jaunes du Doubs que nous avions beaucoup appréciées l'an dernier ont été semées à nouveau cette année, et elles ont très bien levé. Ce sont des carottes traditionnellement utilisées comme fourrage, mais elles sont délicieuses, tendres et sucrées. J'ai commencé à les éclaircir, ou à les "démarier" comme disent certains.
Dans quelques jours nous sèmerons les haricots verts, dont nous raffolons également, mais il faut d'abord laisser à la météo le temps de s'améliorer. S'il n'y a pas eu de gel dans notre jardin, ça n'est pas passé très loin, et il y a même eu de la neige à Guingamp avant-hier! Alors, pas de précipitation.
Voilà une présentation presque exhaustive de ce qu'il y a en cours pour le potager. 
Et vous? Faites-vous un potager? Grand, petit? Quels sont vos grands classiques et vos incontournables en ce domaine?










8 commentaires:

  1. ah j'attendais ce billet! surtout ta cage aux patates! il me reste quelques "nicola", je vais essayer! mais rajoutes tu du compost sur les feuilles vertes? en les enterrant? découverte pour moi!
    sinon mon approche du potager est devenu au fil du temps similaire à la tienne, j'ai des carrés (plutôt rectangles), il me semble qu'il est plus facile de travailler les légumes de cette façon, je ne fais aucun plan, je mets les légumes en fonction de la place qu'il me reste, (et du soleil) laitues, radis, haricots, pommes de terre, fèves, courges, concombre et surtout tomates (deux serres pour elles), bien sûr tous ces légumes semés à la maison (graines bio)
    j'ai un autre petit potager soue les fruitiers, pour les courges qui courent et les artichauts, et un coin rhubarbe, très fourni
    rien que pour la dégustation, je ne congèle pas les légumes, pas besoin, ils sont dégustés à fur et à mesure!
    voilà!
    bon We Michèle de grosses bises
    et merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Catherine. Je rajoute du compost et des feuilles mortes jusqu'à la hauteur des feuilles, sans les couvrir, pour ne pas gêner leur réception de la lumière . Pour moi aussi, c'est une découverte, comme tu l'as compris, et j'ai hâte de savoir si elle sera concluante. Mes graines et mes plants sont bio aussi. Ils viennent de Kokopelli et de la Ferme Sainte Marthe pour la quasi-totalité. Je congèle un peu: les compotes de fruits et de rhubarbe, car la production est énorme, et les courges entamées que je congèle en cubes prêts à l'emploi de crainte qu'elles ne s’abîment. J'ai oublié de parler des artichauts. il faut dire que cette année ils ne sont guère pressés de se mettre à la production, alors que l'an dernier à cette époque nous en avions mangé plusieurs fois en abondance. J'adore les fèves, mais j'oublie chaque année de les semer! Bisous et bon weekend.

      Supprimer
    2. mon potier (anglais) sème ses fèves en novembre (il habite Locoal Mendon) et font 25 cm en ce moment, presque la même hauteur que les miennes semées il y a un peu plus d'un mois! alors peut être que si tu le faisais en novembre,tu n'oublierais pas? (sourire)

      Supprimer
    3. Hi, hi, hi! mais Catherine, tu ignores que je suis une spécialiste du loupage de date de semis: je loupe d'abord le semis d'automne, puis celui du printemps. Mais un jour, j'y arriverai, promis!

      Supprimer
  2. Chapeau bas Michèle ton potager est du tonnerre (de presque Brest !) et cette tour à patates géniale !Le mien est inexistant envahi par les herbes et boutons d'or, une misère pourtant les fraisiers refleurissent et les rhubarbes itou mais il faudrait que je trouve le temps et l'énergie pour m'y atteler, c'est pô gagné ! Encore un grand vent froid qui assèche aujourd'hui. Pour les épinards c'est peut-être comme les artichauts ou les radis pas assez d'eau ! Qu'en penses-tu ? Bizzzzzh et à un de ces 4 j'espère !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que j'ai eu beau arroser mes semis d'épinards, le vent de nord-est desséchait tout en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Pour la tour à patates, attendons les résultats avant d'exulter. Je pense que pour reprendre ton potager en mains, tu vas avoir du mal si la pluie ne vient pas ameublir un peu la terre. On ne voudrait pas avoir l'air de se plaindre, mais ça commence à être un peu inquiétant pour la suite. D'ailleurs, un inconvénient de la tour à patates est qu'il faut veiller à ce qu'elle ne se dessèche pas trop.Bisous Maryline.

      Supprimer
  3. Nous ne ferons que quelques pieds de tomates et un ou deux pieds de courgette. Le potager demande beaucoup de travail et nous sommes désormais abonnés à une AMAP.
    Aude.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'AMAP, c'est la solution pour manger bon et sain sans se prendre la tête avec un potager, ou si on souhaite garder la place pour les fleurs. Et puis, on a la surprise à chaque fois de découvrir le contenu du panier. Bises Aude et bonne semaine

      Supprimer